Mot-clé - Sciences

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi, septembre 14 2022

AlphaGo

Depuis le temps[1]... j'ai enfin regardé AlphaGo, ce documentaire qui revient sur l'histoire du programme d'intelligence artificielle développé par DeepMind (appartenant à Google), ayant disputé un duel contre l'un des meilleurs joueurs de Go du monde : Lee Sedol.
Si vous vous intéressez un peu au sujet, vous connaissez forcément l'histoire et son issue. Je la connaissais, et cela ne m'a pas empêchée d'être en tension la majorité du temps.
Dans ce documentaire, Greg Kohs parvient à raconter une croisade, à faire monter le suspens, retranscrire les enjeux, nous plonger au coeur de l'action, qui, si peu spectaculaire qu'elle puisse paraître, n'en est pas moins impressionnante.

En présentant les coulisses de l'affrontement, AlphaGo nous énonce tous les enjeux liés à ce type d'évènement, tant scientifiques que philosophiques, ce qui n'est pas négligeable quand on touche à l'intelligence artificielle. En mettant en avant l'équipe de DeepMind, il évite l'écueil qu'aurait été une trop grande personnification d'AlphaGo qui est et restera un programme informatique, aussi brillant soit-il. L'ensemble des protagonistes et la façon dont leurs propres motivations et doutes sont abordés fait d'ailleurs tout l'intérêt du film.

AlphaGo est un film passionnant, parfaitement accessible et très enrichissant ; au final, très humain.

AlphaGo
Greg Kohs 
2017

Note

[1] et maintenant qu'il est facilement trouvable...

mercredi, août 31 2022

Cell Worlds, mondes cellulaires

Cell Worlds est un documentaire aussi beau que fascinant, mêlant l'art et la science pendant 26 minutes que je n'ai pas du tout vues passer.
Renaud Pourpre et Terence Saulnier, deux scientifiques accoutumés à la vulgarisation, ont parfaitement réussi à rendre au monde cellulaire sa magnificence, secondés en cela par la très immersive musique de Youenn Lerb.
Cell Worlds est un instant de poésie suspendu, pendant lequel on est plongé dans l'extravagante diversité du monde cellulaire, représentée par les images de plus d'une vingtaine de laboratoires différents. Des images d'une beauté limpide, portées par une narration qui nous invite à un voyage introspectif à la rencontre de cet univers hors du commun. Véritable hommage à la recherche scientifique, c'est également un objet d'art subitement émouvant qui nous est proposé.
Mes vieux souvenirs de fac de biologie ont refait surface, il est impossible de rester de marbre face à l'étrange perfection qui se dégage du monde cellulaire. Je vous encourage donc ardemment à plonger !

Le documentaire est complété d'une exposition aux Bassins des lumières à Bordeaux, que je n'ai malheureusement pas eu l'occasion de voir.
Toutes les informations (et même plus !) sont à retrouver sur le site internet du projet : cell-worlds.com.

Cell Worlds, mondes cellulaires
Terence Saulnier et Renaud Pourpre
2022

lundi, avril 18 2022

Aux frontières de l'humain

Il reste quelques semaines pour découvrir l'exposition Aux frontières de l'humain, au musée de l'Homme, à Paris.

Une exposition parfaite à aller voir avec des jeunes tant elle entraîne de questionnements sur la définition même de l'humanité, de ce qui fait de nous des humains.
Il a été très intéressant de voir quels critères étaient pris en compte par mes enfants à l'entrée de l'expo. Sans grande surprise, des critères essentiellement biologiques pour le plus jeune (rapidement remis en question, d'ailleurs) et plus intellectuels pour le plus grand (remis en question tout pareil : le rire, l'art, l'intelligence... es-tu bien sûr de ça ?). Quelques pas dans la première partie de l'exposition, L'homme, animal d'exception (dans laquelle nous avons été accueillis par l'oeuvre de Marcus Coates Totem family, qui m'a mis si mal à l'aise que je lui ai rapidement tourné le dos) ont fait voler en éclats beaucoup de certitudes.

L'ensemble des thèmes abordés furent un très bon moyen de questionner notre syndrome de supériorité, de mettre le doigt les limites de l'humanité les plus dérangeantes.
Si j'ai aimé et admiré les parties sur l'homme champion, capable de repousser les limites de son corps et de la technique, j'ai commencé à déchanter devant l'homme augmenté (où donc s'arrête la compensation d'une défaillance et où commence l'amélioration artificielle ?) pour être totalement révulsée par l'eugénisme promis par des diagnostics pré-natals trop prédictifs (sélectionner son embryon selon le risque qu'il a de développer un cancer, ou du diabète ?). Quant au fait de repousser toujours plus nos frontières temporelles (éternel, l'humain sera-t-il toujours humain ?), c'est sans doute ce qui me terrifie le plus (que deviendrait l'Homme - les riches hommes, qui seraient sans conteste les premiers - s'il accédait à l'éternité ? Bizarrement, je ne pense pas à un sage).

L'exposition est très riche de contenu, mêlant, sciences, technologie et art (beaucoup d'artistes ayant questionné l'évolution ou l'hybridation humaine sont exposés) et la mise en scène excellente (dynamique et participative, certaines installations sont vraiment géniales d'inventivité).

Nous y sommes restés 1h30, et en avons parlé toute la journée, la vision que nous avions de la définition de l'humanité ayant sans aucun doute changé (la capacité à inventer des trucs tordus ?).

Aux frontière de l'humain
Musée de l'Homme
Jusqu'au 30 mai 2022

mercredi, mars 30 2022

L'homme qui prenait sa femme pour un chapeau

Le sens de l'odorat, disait-il, je n'y avais jamais pensé. Normalement, on n'y pense pas.
Mais, quand je l'ai perdu, j'ai eu l'impression d'être frappé de cécité. La vie a perdu une bonne partie de sa saveur. On ne sait pas à quel point la saveur est odeur.

Paru en 1985 et moult fois cité depuis comme une référence sur le sujet, L'homme qui prenait sa femme pour un chapeau est un livre dans lequel le neurologue Oliver Sacks décrit les cas cliniques les plus étranges auxquels il a été confronté. Un peu plus de 20 cas, regroupés en 4 sections et balayant un large spectre de pathologies.
C'est un livre que j'avais envie de lire depuis longtemps, j'ai donc été très contente qu'il me soit conseillé par Dimitri Reigner (j'avoue que ça n'a rien à voir, mais si tu ne connais pas son boulot, n'hésite pas à t'abonner à sa newsletter) dans le cadre de mon challenge 12 mois, 12 livres, 12 (masto)potes.

Livre à la fois passionnant et émouvant, je l'ai dévoré. Oliver Sacks est un excellent vulgarisateur, qui a su choisir avec soin ses anecdotes, offrant une cohérence et un véritable parcours de découverte tout au long de la lecture. Bien qu'il accuse le coup des années (beaucoup d'avancées ont été faite sur ces sujets depuis) il frappe par la formidable bienveillance qui se dégage de ce médecin dont la préoccupation principale n'est pas de guérir ses patients mais plutôt de les rendre heureux.

Plongée passionnante dans les méandres du cerveau humain, il a la grande qualité de mettre en avant une branche de la médecine encore et toujours tenue à l'écart du grand public, et négligée par une société obsédée par la normalité.

L'homme qui prenait sa femme pour un chapeau
Oliver Sacks
Traduit par Édith de la Héronnière
Points - Seuil

dimanche, janvier 2 2022

Le secret de Copernic

Rheticus se leva et s'approcha de la Melancholia de Dürer, dont il avait déjà vu des reproductions à Nuremberg. Mais cette fois, il la comprenait. Il comprenait d'où venait cette terrible beauté. Le visage sombre de l'archange, c'était celui de Copernic, il y avait quarante ans peut-être, mais c'était lui.

J'ai toujours aimé Jean-Pierre Luminet dont je connais surtout le travail d'astrophysicien. J'ai lu plusieurs de ses ouvrages et vu plusieurs de ses conférences tant j'apprécie son talent de vulgarisateur. Je n'avais cependant jamais lu un de ses romans, j'ai donc décidé de commencer par le premier tome de sa série Les bâtisseurs du ciel, celui consacré à l'astronome Copernic.

De Copernic, on a souvent en tête qu'il fut le premier à avoir défendu la théorie de l'héliocentrisme dans son ouvrage De Revolutionibus Orbium Coelestium, voire qu'il aurait eu des problèmes avec l'église de ce fait (le confondant alors avec Galilée). Grâce à cette biographie romancée extrêmement fournie, Luminet nous compte en détail la vie et l'oeuvre du savant polonais.
Ne vous attendez pas, cependant, à un ouvrage scientifique : j'ai bien eu entre les mains un roman historique, qui m'a plongée dans l'Europe du XVème-XVIème siècle. Car outre sa casquette de scientifique, Copernic était également chanoine et soumis à de nombreuses luttes d'influence.

J'ai particulièrement aimé cette lecture qui m'en a beaucoup appris sur Copernic (que je connaissais finalement peu) mais aussi sur le paysage scientifique, politique et religieux de son époque. Luminet exprime dans ce livre les mêmes qualités que dans ses autres écrits : nous présenter beaucoup de connaissances de la manière la plus intéressante qu'il soit. Je trouve extrêmement important, lorsqu'on s'intéresse à la science, de s'intéresser aussi à son histoire et cette série est un excellent moyen d'y parvenir.

Le Secret de Copernic
Jean-Pierre Luminet
JC Lattès - Le livre de poche

- page 1 de 3

Haut de page