mercredi, janvier 13 2021

Funèbre !

Funèbre ! est un court livre passant en revue différents rites autour de la mort ou plutôt, différentes traditions liées à la perte d'un proche partout autour du monde.
En effet, l'auteur s'attache à ne pas traiter de "la mort" en général, mais bien de toutes les traditions entourant la mort d'un membre de la famille ou du cercle intime, liées plus particulièrement aux coutumes, aux croyances et au deuil. Sujet assez tabou dans nos contrées, il est intéressant de constater à quel point il fait partie de la vie générale d'autres communautés.
Sans sensationnalisme, mais avec rigueur et simplicité, l'auteur s'attelle à nous partager la symbolique de quelques rites assez originaux pour être impressionnants.
Impossible de ne pas faire le parallèle avec le deuil tel qu'il est pratiqué par chez nous, ou c'est affaire d'intimé, de pudeur et de discrétion, quand il est, chez d'autres, partie intégrante de la vie en communauté. Il n'est jamais affaire de jugement dans ce livre qui se veut factuel, mais il est tout à fait intéressant de se rendre compte que le rapport à la mort en dit beaucoup en final sur le rapport à la vie.
Funèbre ! est richement documenté et permet un tour du monde pas banal et passionnant, qui évoque des traditions ancestrales autant qu’émergentes et dans lequel on apprendra à quel point la mort peut être célébrée.

Funèbre !
Juliette Cazes
Editions du Trésor

mercredi, janvier 6 2021

Du champagne, un cadavre et des putes, Tome 2

Après avoir été totalement conquise par le premier tome de Du champagne, un cadavre et des putes (qu'il est indispensable d'avoir lu avant celui-ci qui en est la suite directe), j'étais impatiente de retrouver Alice, même si j'appréhendais beaucoup ce second tome.

En effet, il nous était promis de s'attarder sur son histoire d'amour avec Lawrence, personnage énigmatique et assez monolithique dans le premier tome, qui était loin au moment d'entamer cette lecture d'attirer ma sympathie.
Le problème le plus important cependant, c'est que les histoires d'amour, voyez-vous, je n'aime pas trop les lire. Qu'elles soient belles ou tragiques, classiques ou atypiques, lire des histoires d'amour, vraiment, m'ennuie profondément.
Ceci étant posé, je ne pouvais m'empêcher également de faire confiance à l'auteur pour m’emmener autre part que sur ces sentiers trop balisés, lui collant sans qu'il le sache une sacré pression, modérée par le fait que si j'ai, je crois, une qualité de lectrice, c'est de ne pas rester sur mes a priori (qu'ils soient bons ou mauvais d'ailleurs), mon envie prenant le pas sur mes réticences.

Ce qui est sûr, c'est que Vaquette sait faire désirer ce qu'il semblait mettre au cœur de ce deuxième tome, car j'ai bientôt dévoré la moitié de cet ouvrage fort conséquent avant d'arriver enfin au récit d'une première rencontre.
Sacrée première partie, d'ailleurs : totalement inattendue, elle s'applique à développer longuement un autre personnage féminin, amie et colocataire d'Alice : Lauranne. Avant même de rentrer dans le vif du sujet, je donc déjà conquise par ce premier chapitre qui est un portrait vivant, une histoire abrupte racontée avec une immense lucidité et un sacré sens du concret. Juste dans chacune de ses facettes, ce récit nous gratifie, au passage, de véritables envolées contestataires dans lesquelles la passion des convictions réussit à triompher des objections.
(J'ai d'ailleurs évoqué l'une d'entre elles ici, pour les curieux).

Quand enfin, je suis arrivée au cœur de "l'histoire dans l'histoire", quand enfin Alice et Lawrence se sont trouvés, c'est une tout autre expérience de lecture qui m'est tombée dessus, sans que j'y sois vraiment préparée.
C'est en effet une histoire assez colossale qui est comptée. Un éveil du sentiment amoureux si brutal et presque démesuré entre deux être si entiers et excessifs ne pouvait que faire des étincelles. Il a fallu tout le talent de l'auteur pour réussir à la retranscrire sans perdre le lecteur, sans, non plus, mettre complètement de coté tout l'aspect social du récit qui se retrouve dans cette partie distillé discrètement mais toujours à bon escient.

Si lire le premier opus des aventures d'Alice, et même lire pratiquement la moitié de celui-ci amène à énormément réfléchir sur la société ; la lecture de cette histoire d'amour, m'a amené à une introspection terriblement forte. Chaque chapitre, chaque paragraphe, chaque ligne, chaque mot presque, poussent à réfléchir très violemment à ses propres aspirations, à son rapport à soi-même, à l'autre, au corps, au sexe. C'est brutal, profond, presque organique.
Si les fruits de cette réflexion importent peu, (peu importe la destination, seul le voyage compte, comme dirait je ne sais plus qui) l'aspect salutaire de l'avoir accompli est, a contrario, d'une importance capitale.
La lecture du premier tome fut presque une lune de miel comparée à celle du second, qui m'a fait ressentir des émotions bien plus vives. Plus l'histoire devenait lumineuse (et elle l'est assurément, presque impeccablement), plus je suis passée par tous les états d'âme : de l'attendrissement au mépris, de l'admiration à l'agacement et, une fois au moins, pas loin de la colère.
Au milieu de cette tornade, Alice apparaît plus éblouissante qu'il est possible de l'imaginer. Plus exaltée, volontaire, conquérante, forte et fragile que jamais. Cet aspect de son histoire lui permet de continuer à ciseler ses attentes et ses convictions. Loin de la limiter ou de la soumettre à une dépendance elle semble au contraire être le vaisseau qui lui manquait pour se lancer dans sa conquête d'elle-même, rendant l'ombre de sa fin tragique, qui plane sur l'ensemble du récit, d'autant plus dramatique.


L'écriture de Vaquette, dans toute sa précision et son amplitude, est parfaitement adaptée à la grandeur du récit, et la lecture n'est jamais ni pénible, ni ennuyante. Honnêtement, j'ai passé quelques dizaines (centaines ?) de pages à me poser de sacrées questions sur là où il voulait m'emmener, et ceci n'est, en revanche, pas la première fois avec cet auteur.
C'est pour cela que si d'aventure sa lecture te tente, je t'encourage à toujours persévérer et à ne jamais, jamais croire un seul instant, que cet auteur ait pu choisir, ne serait-ce qu'une seule fois la facilité. Tôt ou tard arrive le passage qui va te déstabiliser complètement, faisant jaillir mille réflexions, et te confirmer que tu as eu une très très bonne idée de te lancer dans l'aventure.
Sache enfin qu'il a cette qualité rare que n'ont pas tous les artistes : celle de donner à son lectorat tous les moyens pour s'enrichir selon ses propres souhaits.

Du champagne, un cadavre et des putes- Tome II
Tristan-Edern Vaquette
Du poignon productions

mercredi, décembre 23 2020

Ecstasy and me

Je crois que j'ai tout entendu sur Hedy Lamarr, ainsi que sur sa célèbre autobiographie.

Femme à la beauté vénéneuse mais froide, sacrée "plus belle femme du monde", actrice prolifique mais portant la marque d'avoir été la première à avoir mimé un orgasme au cinéma, mariée 6 fois et semblant avoir eu un nombre incalculable d'amants, inventrice de génie également, elle aurai, sur la fin de sa vie, dilapidé sa fortune et aurait abusé de la chirurgie esthétique avant de disparaître à l'âge vénérable de 85 ans.
Quand a ce livre, il a été proclamé comme faisant partie des 10 biographies les plus érotiques de tous les temps par le magazine Playboy, serait un récit sulfureux dans lequel Hedy Lamarr dévoilerait sa vie sexuelle et assumerait sa bisexualité, tout en dévoilant dans le détail les coulisses du Hollywood des années 40.

Je ne sais pas vraiment ce à quoi je m'attendais en me lançant dans cette autobiographie, mais certainement pas à ça. Ecstasy and me est avant tout un livre qui respire l'intelligence. Celui d'une femme libre, autant que pouvait l'être une femme dans les années 40, une femme volontaire et sagace, qui a essayé de décider de sa vie, sans en avoir toujours les moyens, une femme qui a sans doute souffert d'être trop lucide sur elle-même et sur les autres, une femme à mille lieux de tout ce que j'ai pu lire à son sujet.

Si le sexe est présent, ne vous attendez pas à ce qu'il soit au centre du récit. Hedy Lamarr y raconte tous les détails de sa vie personnelle et professionnelle, de son ascension en tant qu'actrice à ses 6 mariages, sans pudeur ni tabou. Si elle assume tout à fait ses envies et besoins, si elle narre certaines anecdotes sulfureuses, ce qui ressort le plus de son histoire, c'est son extraordinaire lucidité sur la vie.
Réduire Hedy Lamarr à sa beauté ou a ce qui se passait dans sa couche serait une erreur grossière. C'était avant tout une femme d'une grande intelligence, qui a compris très vite comment user de ses atouts pour obtenir ce qu'elle voulait le plus : être une femme libre.

Au milieu de ce récit passionnant, le chapitre m'ayant le plus parlé se situe vers la fin du livre et consiste en la retranscription de certains entretiens d'Hedy Lamarr avec son thérapeute. Je peux vous assurer que lire les pensées de quelqu'un faisant preuve d'autant de perspicacité, d'autant de clairvoyance, quelqu'un d'aussi sûr de ses conviction est un des plus beau moyen de se sentir s'élever.

On ne peut pas lire Ecstasy and me sans se sentir plus intelligent soi-même, tiré vers le haut par cette femme remarquable. La dimension fort tragique de sa vie en est d'autant plus touchante.

Ecstasy and me
Hedy Lamarr
Traduit par Charles Villalon
Seguier

lundi, décembre 21 2020

Des auteurs et des artistes

Comme tu le sais surement, je suis en ce moment en pleine lecture du tome 2 de Du champagne, un cadavre et des putes, de Tristan-Edern Vaquette (pas cher, achète-le... non mais achète-le vraiment), et, au détour d'un chapitre flamboyant traitant de la bourgeoisie culturelle, me saute aux yeux cette citation de Lawrence, l'un des personnages principaux:

D'ailleurs, écoutez avec quel paternalisme un éditeur ou tout autre professionnel de ce monde explique doctement à l'indigène présent dans son bureau comment, sans lui, il n'arriverait à rien parce que, tout de même !, écrire un livre ou un film ou des chansons ou... - ce que vous voulez -, convenons-en, c'est une activité très peu sérieuse que chacun peut plus ou moins exécuter pour peu qu'il ait du temps à perdre - la preuve, il y en a cinquante derrière la porte qui ne rêvent que de signer chez nous !... -, mais commercialiser cela !, ça !, c'est un vrai travail qui exige des compétences, et même un talent !, autrement plus difficiles à acquérir (...)

Suivi peu après de ceci, histoire d'enfoncer le clou :

(...) je n'oppose pas ceux qui, par exemple, écrivent des livres à ceux qui les éditent, ce serait bien trop simple ! Parce que la plupart de ces gens qui écrivent des livres ou qui réalisent des films, des disques, des spectacles, des tableaux ou des installations, tous..., à de rares exceptions près, n'ont pas plus que les professionnels de ces milieux l'âme artiste. (...) combien parmi eux ont, ne serait-ce qu'une seule fois dans leur travail, tenté de partir où personne ne part ?

Et me voilà encore une fois à me dire qu'en quelques mots (voir un peu plus, l'auteur est bavard) Vaquette résume parfaitement ce qui cloche dans le conformisme culturel actuel. Celui qui englue les auteurs et les fait, volontairement ou non, ressasser à l'envi les mêmes idées, réécrire les mêmes histoires, raconter les mêmes aventures. Celui qui fait utiliser les mêmes structures de phrases aux jeunes auteurs, les mêmes tropes, les mêmes clichés...

Dans un récent article, l'auteur Ploum s'inquiète, à mon avis à juste titre, de voir des intelligences artificielles s'attaquer à la "création artistique", arguant que leur mode de fonctionnement même fera qu'il ne s'agira que d'offrir de maigres variations sur les données qu'elles récupèrent, sans apporter d'idées nouvelles.
Je m'inquiète pour ma part de voir déjà ceci arriver depuis des années dans l'édition traditionnelle, sans que l'informatique n'ait besoin de s'en mêler. Toujours les mêmes autofictions, les mêmes romances fantastiques, les mêmes drames familiaux ou thrillers ésotériques, les mêmes histoires "à la Tarantino"... toujours les mêmes recettes, déclinées jusqu'à l’écœurement, les mêmes facilitées, les mêmes rebondissements...

Combien de fois ai-je eu l'impression de lire un livre "calibré" faisant exactement le bon nombre de pages, de chapitres, ayant la structure parfaitement attendue pour, non pas être réel, mais plutôt être "efficace"?
Combien de fois (et c'est encore pire pour moi) ai-je eu l'impression que l'auteur ne me disait pas ce qu'il voulait, mais ce qu'il pensait que je souhaitais lire ?
Combien de fois ai-je eu l'impression (summum de la faiblesse) que l'auteur s'attachait plutôt à dire ce qu'il pensait être le plus justement établi, pour ne se fâcher avec personne, ou, au mieux, se fâcher avec le moins de monde possible, répéter les poncifs admis, être correct, pour rester fréquentable, ne surtout pas soulever de polémique ?
Faire bien, être du bon côté, brosser le milieu dans le bon sens, ne surtout pas faire de vagues...
Combien de fois ai-je donc commencé un livre qui m'a paru insipide, convenu et prévisible ?

Beaucoup trop de fois. Surtout quand j'étais libraire.Trouver une perle au milieu d'une production éditoriale aussi insipide que prolifique relevait parfois du miracle. Beaucoup trop de fois ces livres se sont retrouvés avoir beaucoup plus de visibilité qu'ils ne le devraient
En étant dans le "juste", le "correct" plutôt que dans le vrai, ou dans le beau.

Heureusement il est toujours possible de trouver des perles, surtout en s'éloignant de la production usuelle, sinon je ne pourrais pas te présenter un livre chaque semaine ou presque.
Sois certain, cependant, que nombre de livres que je lis ne finissent pas sur le blog...
Soit certain aussi, que certains éditeurs sont moins frileux, moins en recherche de facilité, et que certains auteurs, plus audacieux, sont déjà des artistes, ou le seront bientôt.
Et si les éditeurs n'arrivent pas à suivre les auteurs trop atypiques, d'autres voies existent.
Il est cependant bien triste que certaines parutions soient si confidentielles...

Pour ma part, je ne peux que te conseiller de lire par exemple Michael Roch, sa poésie brute et sa maîtrise des mots, Kylie Ravera, et sa série de 7+1+1 romans comiques, scientifiques, policiers, initiatiques, d'espionnage, politiques, d'amour, d'horreur, Helkarava, son trait unique baroque et grotesque, et tant d'autres, enfin, et tous ceux que je n'ai pas encore découverts...

Et bien sûr n'oublie pas de lire Tristan-Edern Vaquette, pour sûr... de mon côté, j'y retourne...

mercredi, décembre 16 2020

Images de la fin du monde : Chroniques de Mertvecgorod

Cette première rencontre avec l'univers de Christophe Siébert a été particulièrement enrichissante.
Découvert au détour d'un billet partagé en un tweet, j'étais très curieuse de lire ce livre. Il s'est avéré d'une force inouïe, d'une originalité folle.

Images de la fin du monde : Chroniques de Mertvecgorod présente un recueil de nouvelles se déroulant dans un futur dystopique, dans une ville fictive, située entre l'Europe et la Russie et véritable personnage principal de l'histoire.
Mertvecgorod palpite en effet au cœur de ces pages. Incarnation de la déchéance d'une civilisation, c'est une mégalopole grotesque, glauque et puante, il y règne un désenchantement tangible, un désespoir prégnant, qui entraînent les protagonistes de ces récits vers des pulsions destructrices : la violence, la perversion, la corruption, la déchéance...
Aucun des personnages présentés (dont certains réapparaissent d'une nouvelle à l'autre) n'est aussi vivant que Mertvecgorod. Morts en sursis, sacrifiés plus ou moins volontairement, leur sang, leur sperme, leurs cris, leur désespoir ou leur infini cynisme nourrissent une ville cannibale et gloutonne, qui elle seule s'épanouit au fil du récit.

L'écriture de Siébert est d'une finesse absolue. Crue, directe, organique. Elle donne vie à l'inanimé, personnalise la souffrance, abreuve les sens. Ses mots permettent de sentir la puanteur, voir la grisaille, ressentir la terreur, palper la chair. On ressort de cette lecture totalement habité par l'esprit de Mertvecgorod qui semble avoir étendu ses tentacules jusqu'au fond de notre psyché.

Tour de force absolument magistral, Images de la fin du monde est une de mes révélations de cette fin d'année. Si loin des clichés et des codes, si loin des tours et des recettes, voilà un livre original, qui ne ressemble à rien de ce que vous avez pu lire, qui s'éloigne des romans dytopiques léchés, ceux qui finissent par se confondre dans leur banalité.

Du renouveau, excentrique et authentique, et certainement pas mon dernier dialogue avec Christophe Siébert, mais sans nul doute le début d'une nouvelle aventure de lectrice.


Images de la fin du monde : Chroniques de Mertvecgorod
Christophe Siébert
Au Diable Vauvert

- page 1 de 5

Haut de page