D'accord, Jonathan n'est plus le même. Mais c'est toujours ton fils, Marylou. C'est toujours ton bébé en sucre. C'est toujours le seul vestige qu'il te reste de Fred. Et tu es sa maman. Quoi qu'il advienne.
Allez. Du cran. Ce n'est pas important, que ses yeux s'écartent chaque jour davantage. Que le duvet sur ses bras et ses jambes noircisse.



Avec Vertèbres, Morgane Caussarieu revisite habilement le mythe du loup-garou en y instillant une bonne dose de nostalgie, construisant un roman horrifique mettant en scène des jeunes adolescents marginaux en proie à la transformation de leur ami en une drôle de bestiole ; le tout se passant à la fin des années 90 : grosse vague de références en vue !

L'intrigue est parfaitement menée et se lit avec plaisir. 2 choses sont pour moi les points forts du roman, et en font quelque chose de plus profond qu'il n'y paraît : le parallèle qui est fait entre la transformation du loup-garou et la puberté des personnages qui, si elle est une référence classique du mythe du loup-garou est ici fait avec assez de subtilité pour être un enjeu fort de l'histoire, et le fait que l'intrigue ne soit vu qu'à travers les yeux de 2 protagonistes féminines : une jeune fille de 10 ans se rêvant garçon, baignant dans une famille dysfonctionnelle et la mère du garçon en transformation, atteinte de troubles dont on devine assez facilement la nature.
L'alternance des points de vue, s'il est audacieux, m'a tout de même rendu parfois la lecture pénible. Le point de vue d'une enfant de 10 ans s'il est bien retranscrit, en est du coup souvent limité, et le personnage de la mère est tout de même assez détestable.
Je n'aurais tout de même pas craché sur un peu plus de profondeur, ou de complexité. Le sujet et les qualités d'écriture de l'auteure le permettaient largement.

Je ressors tout de même assez positivement de cette lecture qui, malgré quelques défauts, est une version moderne assez réussie d'une figure typique du fantastique, avec une ambiance rétro loin d'être déplaisante.

Vertèbres
Morgane Caussarieu
Au Diable Vauvert