Vance avait assisté à de nombreux interrogatoires, il avait vu de nombreuses personnes choquées, dans le déni, hostiles, désireuses de paraître innocentes. DiRito ne mentait pas, il en était sûr. Toutefois, la vérité était subjective.


J'ai lu l'intégrale de La Grande Route du Nord dans le cadre de mon challenge 12 mois, 12 livres, 12 (masto)potes (challenge qui, comme vous pouvez le constater, a pris un peu de retard, mais en même temps, peu importe !). Il m'a été conseillé par Stéphane Desienne et je l'en remercie beaucoup. Si vous ne connaissez pas Stéphane, sachez que c'est un auteur que j'affectionne particulièrement, vous pouvez découvrir ou retrouver l'ensemble de son travail sur son site internet.
Cela faisait très, très, très longtemps que je ne m'étais pas lancée dans la lecture d'une fresque de science fiction de cette ampleur. Depuis l'adolescence, je pense, moment où je dévorais les grands classiques du space opera comme Dune, Les Cantos d'Hypérion ou le génialissime Cycle de Fondation... En règle générale, mon intérêt se porte sur des romans plus courts, rarement sur des sagas, ce fut donc un vrai défi de me lancer dans cette lecture.

Bien heureusement, Peter Hamilton sait y faire pour rendre ce bloc de près de 1000 pages tout à fait séduisant grâce à une intrigue suffisamment complexe pour être intéressante, sans perdre le lecteur pour autant. Il sépare d'ailleurs son récit entre deux fils de narrations différents, tous les deux liés au meurtre à Newcastle d'un membre de la plus puissante famille de la ville, qui exploite aussi le portail permettant d'accéder à la planète St Libra, colonisée et exploitée pour ses ressources. Le premier suit l'équipe de la police chargée de l'enquête, le second une expédition scientifique et militaire lancée dans la jungle hostile de St Libra.
S'il m'a fallu quelques dizaines (une à deux centaines... mais on ne compte plus à ce stade) pour me mettre dans le rythme du roman qui démarre un peu âprement, c'est avec tout le plaisir lié aux grands récits d'aventures que j'ai lu la suite. L'auteur sait parfaitement insuffler un souffle épique et évocateur à son histoire, tout en y mêlant une intrigue policière, bientôt politique, des plus intrigantes.
J'ai cependant accusé le coup d'une petite baisse de rythme pendant le 2nd tiers du récit, facilement compréhensible, mais qui a tout de même nécessité un peu de motivation pour en sortir, pour ensuite ne plus quitter ma lecture qu'à regret tant le mystère me tenait en haleine.

Je suis donc ravie que Stéphane m'ait bousculé dans mes habitudes pour retrouver le plaisir de lire un récit au temps long, à l'intrigue particulièrement élaborée et à la dimension épique certaine.

La Grande Route du Nord
Peter F. Hamilton
Traduit par Nenad Savic
Bragelonne