La notion d'irresponsabilité en matière pénale est une question grave. On risque de mal interpréter sa prise de position, de jeter le discrédit sur les autres patients présentant ce syndrome, sur le témoignage psychiatrique et la profession tout entière. Si le juge Flowers accepte de considérer ce trouble de la personnalité — classé jusque-là dans la catégorie des névroses — comme un motif d'irresponsabilité mentale, cette décision fera date dans l'histoire de la jurisprudence de l'Ohio et même probablement des Etats-Unis.


De Daniel Keyes j'ai lu avec beaucoup d'émotion le splendide Des fleurs pour Algernon, qui laissait transparaitre chez cet auteur une formidable humanité. C'est ce qui m'a convaincue de lire Les mille et une vies de Billy Milligan bien que je sois d'une grande méfiance dès que le sujet de la maladie mentale est abordé.
William Stanley Milligan est en effet un criminel américain assez connu pour avoir été accusé de 3 viols et extorsion de fonds et jugé non responsable de ses crimes en raison de son trouble dissociatif de l'identité (TDI). Ce livre est le résultat des nombreuses heures d'entretien que ses différentes personnalités ont accordées à l'auteur, lui permettant de reconstituer le plus précisément possible ce qui a été la vie de cet homme particulier, et comment il en est arrivé à commettre les actes qui ont fini par l'accuser.

Si le traitement assez sensationnaliste des faits, surtout au début, m'a quelque peu gênée, d'autres lecteurs m'ont permis de remettre ce livre dans le contexte de son époque, au moment où on découvrait presque complètement ce trouble mental. J'ai aimé cependant que l'auteur évacue complètement l'idée d'excuser ou non les actes de Billy Milligan pour se concentrer sur la description minutieuse de sa vie. En effet, elle permet de comprendre l'enchaînement de circonstances et de connaître un peu mieux l'affection dont il souffre, sans tomber dans l'angélisme, Billy Milligan ne m'étant pas particulièrement apparu comme sympathique au cours du récit.
Impossible cependant pour moi de ne pas être révoltée par le traitement (ou plutôt l'absence de traitement ou de prise en charge correcte) dont il a souffert toute sa vie, le maintenant dans la souffrance, et, le plus souvent, dans l'échec quand des améliorations semblaient possibles.

Daniel Keyes confirme ses formidables talents d'écrivain et son infinie humanité dans ce livre tellement riche d'enseignements et d'émotions. Écrit comme un roman à suspense, richement documenté, il nous plonge au cœur de nombreuses réflexions. S'il faut le prendre avec un peu de recul aujourd'hui qu'on en sait un peu plus sur le TDI et que le cas Billy Milligan ne se présente plus comme représentatif à lui tout seul de l'immense complexité de ce trouble, on y trouve tout de même un certain nombre de clés de compréhension, en rendant sa lecture particulièrement enrichissante.

Les mille et une vies de Billy Milligan
Daniel Keyes
Traduit par Jean-Pierre Carasso
Calmann-Levy