Ce qui est sans être tout à fait

Etienne Klein est sans doute le scientifique faisant de la vulgarisation que je préfère (avec Jean-Pierre Luminet, peut-être...). J'ai toujours trouvé ses sujets passionnants et ses explications limpides.

Dans cet Essai sur le vide, il s'éloigne un peu de ce que j'ai déjà pu lire de lui et s'approprie complètement sa casquette de philosophe des sciences.

Qu'est-ce que le vide, de quoi est-il "constitué", comment le définir, l’appréhender, pourquoi nous attire-t-il tant ?

En s'attaquant au concept de "vide", il invite dans un premier temps les grands philosophes à disserter avec lui sur cette notion si difficile à caractériser tout en le distinguant du néant. Il évoque ses implications dans l'art, les émotions, et même l'alpinisme. Il joue avec ce concept et en extrait sa substance intrinsèque, celle qui nous fascine et nous effraie à la fois.

Dans un second temps, il se recentre sur les concepts physiques qui régissent la notion de vide et nous offre une leçon d'histoire des sciences passionnante.

Ce qui est sans être tout à fait est un livre qui se lit avec une immense facilité, et grâce auquel l'auteur nous imprègne de son érudition avec générosité.

Ce qui est sans être tout à fait
Essai sur le vide
Etienne Klein
Actes Sud

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://unspicilege.org/index.php?trackback/21

Fil des commentaires de ce billet

Haut de page